IMG_1177

Lettre d’un marollien insurgé

Un texte de David Marolito, 03/12/2014

Je m’appelle David, sobriquet «marolito» , fils d’exproprié de la rue des Radis (Quartier des Marolles). Développer un discours technique sur l’inutilité de ce parking m’importe peu, d’autres réalisent déjà un merveilleux travail sur l’aberration logistique de ce projet délirant.

Je souhaite à partir de mon histoire construire un récit sur les luttes populaires du quartier des Marolles. Mon discours sera donc incarné. Comme le blues incarne le corps d’un noir, descendant d’esclave. Une nouvelle bataille face à la violence de l’urbanisme bureaucratique se dresse contre nos corps, nos vies, nos mémoires et nos langues.

Ma langue, le «marollien», je ne la parle presque plus. J’en connais les insultes et les drôleries. Je peux encore crier et rire. Ma grand-mère toujours en vie le parle sans accent, elle en connaît tout les gestes et les secrets. Ma mère le parle également mais s’en cache, car elle a passé son enfance sous les brimades et les humiliations de la bourgeoisie à cause de sa classe.

Ma mémoire, c’est une femme forte qui a connu la guerre et ne montre jamais quand elle a mal qui me l’a transmise. Une maison sans douche, un père envoyé en «camp de travail», les p’tits boulots ambulants de colporteuse, les charrettes à bras rempli de caramels et de nougats provenant d’un magasin rue des Radis, «Chez Janneke». Son frère lui, avait un bar, le «Volle Pot», le repère des Manouches brocanteurs ou musiciens du «Vieux Marché».
C’est de là que je viens. Même si je n’y suis pas né, ce sont mes racines, celles que l’Etat à voulu arracher comme de la mauvaise herbe. Il a démoli nos maisons et nos rues en parlant de «dératisation» de nos impasses populaires. Je suis né sur les routes de l’exil forcé dans un logement social de Molenbeek, à quelques kilomètres de là.

Nos gueules dérangent car nous sommes un quartier de bâtards. Depuis plusieurs siècles des vagues d’immigration se sont installées dans le quartier. Les Espagnols durant les conquêtes de Charles Quint, Les Manouches, les Juifs fuyant la misère et les persécutions en Europe de l’Est… Cette histoire là, elle se lit sur nos visages.

L’acharnement de l’urbanisme bureaucratique depuis deux siècles sur ce quartier s’explique peut-être aussi par le racisme de la bonne bourgeoisie blanche pour qui nous sommes une «race de dégénérés», «des chiffonniers impurs» aux manières rustres et peu catholiques, baragouinant un obscur dialecte créole qui ne s’écrit pas dans les livres. C’est pour cela que tout les immigrés qui s’installent aujourd’hui dans le quartier sont mes frères. C’est notre «Jeu de Balle», celui de la vendeuse de «caricoles», du brocanteur marocain et du ferrailleur gitan.

La bourgeoisie branchée, ce sont mes ennemis de classe qui colonisent notre territoire avec leurs restaurants chics, leurs magasins «vintage», leurs bars où tout est cher, où résonnent des musiques insipides qui ne racontent plus rien. Prisonnier de ce «monde de paraître», ils nous regardent comme des êtres exotiques rempli d’authenticité. Ils détestent nos «manières» et nos dialectes autant qu’ils admirent notre franchise et notre «parler populaire». «Je me méfie autant de ceux qui détestent les noirs que de ceux qui les admirent» (Frantz Fanon). C’est à cause d’eux que nos loyers augmentent, dans un quartier sous le joug des marchands de sommeil.

La bourgeoisie qui souhaite se battre à nos côtés contre la gentrification des quartiers populaires, qui se détermine en tant que bourgeois avec une lecture politique qui ne nie pas les rapports de classes et d’exploitation, ce sont mes camarades aujourd’hui dans la lutte, et bien au-delà.

Nos vies dérangent, car elles se sont longtemps organisées en marge du «capital». Notre économie informelle de débrouille, nos ferrailleurs, nos chineurs, nos colporteurs… tout ça était bien trop anarchique. Il fallait cadrer, lisser et séparer. La télévision a aujourd’hui achevé le travail de l’urbanisme. Il reste bien quelques Apaches aux cernes de bidouilleur et au regard d’escroc, mais ils sont tellement peu nombreux qu’on ne devra même plus leur construire une réserve.

Dans la rue des Radis, la contrebande était organisée durant la guerre, de nombreux enfants juifs ont été sauvés là-bas. Les portes de nos maisons n’étaient jamais fermées. Il ne fallait pas nous appeler pour venir manger, nous partagions toujours nos marmites. Nos gosses jouaient au foot dans la rue. Nos vieux jouaient aux cartes dans la rue. Ce quartier porte une histoire de résistance et de luttes populaires qu’il fallait éradiquer, casser le lien social et familial en relogeant ses habitants ailleurs. La «vie en meute» ça n’est pas bon pour la consommation hystérique de marchandises.
Aujourd’hui, chacun reste chez soi. Les quelques survivants de cette époque se plongent dans l’alcool pour noyer leur solitude. Le soir, des ivrognes solitaires déambulent encore de bar en bar sous le regard de quelques touristes qui viennent consommer un folklore perdu. L’échevine de la mobilité a pensé à eux et défend l’idée d’un «petit train électrique» pour nos visiteurs, comme au zoo ou au parc d’attraction.

Le sol de la place est rempli de vie, son sous-sol est rempli de mémoire… mais peut-être aussi d’une vie a réinsuffler. En-dessous de la place du «Jeu de Balle» se trouvent des vestiges de la guerre (tunnel d’évasion/abris anti-aérien) mais également les bains publics, là où ma grand-mère et tout ceux qui n’avaient pas de douche allaient se laver. C’était notre «hammam marollien». C’est peut-être le moment de demander au pouvoir en place un lieu d’hygiène pour ceux qui vivent dans la rue. Mais nos mémoires populaires elles aussi sont a détruire, pour que nous ne puissions pas nous rappeler d’une époque où l’homme «blanc» vivait comme le «noir».

Le projet de notre maître non élu s’inscrit dans une logique de continuité de destruction et de sablonisation de ce quartier. Notre place peut devenir un lieu symbolique d’une résistance qui dépasse le simple refus de ce parking, comme la place Taksim à Istanbul. Passons à l’offensive pour notre quartier. Nous ne voulons pas de parking. Tu ne toucheras pas à un seul de nos pavés. Ils seront nos armes face à tes bulldozers. Nous allons démonter le Palais de Justice et ré-assembler la Maison du Peuple.

Un marollien insurgé contre le promoteur et sa fidèle épouse, la bureaucratie.

Une réflexion sur “ Lettre d’un marollien insurgé ”

  1. A nouveau le discours parano de la gauche excitée, qui nous ressasse le complot machiavélique de la bourgeoisie contre les petits gens. Avec autant de simplisme que celui des cons qui font, par exemple, le rapprochement entre l’immigration et l’insécurité.
    Ce discours préemballé et manichéen sert-il vraiment le combat que nous menons ? Alors qu’il y a des arguments autrement pragmatiques et évidents.

Répondre à Bordsky Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*