Tous les articles par marolles

Un peu d’histoire

Lettre d’un marollien insurgé

Un texte de David Marolito, 03/12/2014

Je m’appelle David, sobriquet «marolito» , fils d’exproprié de la rue des Radis (Quartier des Marolles). Développer un discours technique sur l’inutilité de ce parking m’importe peu, d’autres réalisent déjà un merveilleux travail sur l’aberration logistique de ce projet délirant.

Je souhaite à partir de mon histoire construire un récit sur les luttes populaires du quartier des Marolles. Mon discours sera donc incarné. Comme le blues incarne le corps d’un noir, descendant d’esclave. Une nouvelle bataille face à la violence de l’urbanisme bureaucratique se dresse contre nos corps, nos vies, nos mémoires et nos langues.

Ma langue, le «marollien», je ne la parle presque plus. J’en connais les insultes et les drôleries. Je peux encore crier et rire. Ma grand-mère toujours en vie le parle sans accent, elle en connaît tout les gestes et les secrets. Ma mère le parle également mais s’en cache, car elle a passé son enfance sous les brimades et les humiliations de la bourgeoisie à cause de sa classe.

Ma mémoire, c’est une femme forte qui a connu la guerre et ne montre jamais quand elle a mal qui me l’a transmise. Une maison sans douche, un père envoyé en «camp de travail», les p’tits boulots ambulants de colporteuse, les charrettes à bras rempli de caramels et de nougats provenant d’un magasin rue des Radis, «Chez Janneke». Son frère lui, avait un bar, le «Volle Pot», le repère des Manouches brocanteurs ou musiciens du «Vieux Marché».
C’est de là que je viens. Même si je n’y suis pas né, ce sont mes racines, celles que l’Etat à voulu arracher comme de la mauvaise herbe. Il a démoli nos maisons et nos rues en parlant de «dératisation» de nos impasses populaires. Je suis né sur les routes de l’exil forcé dans un logement social de Molenbeek, à quelques kilomètres de là.

Nos gueules dérangent car nous sommes un quartier de bâtards. Depuis plusieurs siècles des vagues d’immigration se sont installées dans le quartier. Les Espagnols durant les conquêtes de Charles Quint, Les Manouches, les Juifs fuyant la misère et les persécutions en Europe de l’Est… Cette histoire là, elle se lit sur nos visages.

L’acharnement de l’urbanisme bureaucratique depuis deux siècles sur ce quartier s’explique peut-être aussi par le racisme de la bonne bourgeoisie blanche pour qui nous sommes une «race de dégénérés», «des chiffonniers impurs» aux manières rustres et peu catholiques, baragouinant un obscur dialecte créole qui ne s’écrit pas dans les livres. C’est pour cela que tout les immigrés qui s’installent aujourd’hui dans le quartier sont mes frères. C’est notre «Jeu de Balle», celui de la vendeuse de «caricoles», du brocanteur marocain et du ferrailleur gitan.

La bourgeoisie branchée, ce sont mes ennemis de classe qui colonisent notre territoire avec leurs restaurants chics, leurs magasins «vintage», leurs bars où tout est cher, où résonnent des musiques insipides qui ne racontent plus rien. Prisonnier de ce «monde de paraître», ils nous regardent comme des êtres exotiques rempli d’authenticité. Ils détestent nos «manières» et nos dialectes autant qu’ils admirent notre franchise et notre «parler populaire». «Je me méfie autant de ceux qui détestent les noirs que de ceux qui les admirent» (Frantz Fanon). C’est à cause d’eux que nos loyers augmentent, dans un quartier sous le joug des marchands de sommeil.

La bourgeoisie qui souhaite se battre à nos côtés contre la gentrification des quartiers populaires, qui se détermine en tant que bourgeois avec une lecture politique qui ne nie pas les rapports de classes et d’exploitation, ce sont mes camarades aujourd’hui dans la lutte, et bien au-delà.

Nos vies dérangent, car elles se sont longtemps organisées en marge du «capital». Notre économie informelle de débrouille, nos ferrailleurs, nos chineurs, nos colporteurs… tout ça était bien trop anarchique. Il fallait cadrer, lisser et séparer. La télévision a aujourd’hui achevé le travail de l’urbanisme. Il reste bien quelques Apaches aux cernes de bidouilleur et au regard d’escroc, mais ils sont tellement peu nombreux qu’on ne devra même plus leur construire une réserve.

Dans la rue des Radis, la contrebande était organisée durant la guerre, de nombreux enfants juifs ont été sauvés là-bas. Les portes de nos maisons n’étaient jamais fermées. Il ne fallait pas nous appeler pour venir manger, nous partagions toujours nos marmites. Nos gosses jouaient au foot dans la rue. Nos vieux jouaient aux cartes dans la rue. Ce quartier porte une histoire de résistance et de luttes populaires qu’il fallait éradiquer, casser le lien social et familial en relogeant ses habitants ailleurs. La «vie en meute» ça n’est pas bon pour la consommation hystérique de marchandises.
Aujourd’hui, chacun reste chez soi. Les quelques survivants de cette époque se plongent dans l’alcool pour noyer leur solitude. Le soir, des ivrognes solitaires déambulent encore de bar en bar sous le regard de quelques touristes qui viennent consommer un folklore perdu. L’échevine de la mobilité a pensé à eux et défend l’idée d’un «petit train électrique» pour nos visiteurs, comme au zoo ou au parc d’attraction.

Le sol de la place est rempli de vie, son sous-sol est rempli de mémoire… mais peut-être aussi d’une vie a réinsuffler. En-dessous de la place du «Jeu de Balle» se trouvent des vestiges de la guerre (tunnel d’évasion/abris anti-aérien) mais également les bains publics, là où ma grand-mère et tout ceux qui n’avaient pas de douche allaient se laver. C’était notre «hammam marollien». C’est peut-être le moment de demander au pouvoir en place un lieu d’hygiène pour ceux qui vivent dans la rue. Mais nos mémoires populaires elles aussi sont a détruire, pour que nous ne puissions pas nous rappeler d’une époque où l’homme «blanc» vivait comme le «noir».

Le projet de notre maître non élu s’inscrit dans une logique de continuité de destruction et de sablonisation de ce quartier. Notre place peut devenir un lieu symbolique d’une résistance qui dépasse le simple refus de ce parking, comme la place Taksim à Istanbul. Passons à l’offensive pour notre quartier. Nous ne voulons pas de parking. Tu ne toucheras pas à un seul de nos pavés. Ils seront nos armes face à tes bulldozers. Nous allons démonter le Palais de Justice et ré-assembler la Maison du Peuple.

Un marollien insurgé contre le promoteur et sa fidèle épouse, la bureaucratie.

Signé : Le Parking de la Porte de Hal

Un texte de Damien Demoustier‎

Dans la presse, ce jour, on donne la parole à un acteur dont on entend beaucoup parler mais qu’on avait pas encore entendu s’exprimer !

Cher Mr Mayeur,

De mon sous-sol, j’observe comme il vous coûte de prendre le temps de vous mettre à l’écoute de vos administrés, comme il semble vous être difficile de tenir compte des arguments, des inquiétudes, des craintes, du bon sens parfois,… des gens qui vivent, fréquentent, travaillent dans ce quartier dont ils battent le pavé ou le caressent de leurs souliers ! J’espère, Mr Mayeur, que vous serez sensible aux propos d’un parking qui craint l’arrivée d’un nouveau concurrent !

Ma famille est dans la mobilité depuis de longues années. Mes plus vieux ancêtres étaient dans le transport « petit fluvial » sur les eaux de la Senne. Ils en voyaient du monde, des brasseurs, des tanneurs,… c’était la belle époque. Ca créait du lien entre les gens… un peu comme un vieux marché! Puis, avec le recouvrement, la famille a tout perdu. Certains se sont reconvertis dans les égouts, d’autres sont devenus de vulgaires « grattes-pieds de Bruxelles », ces espèces de ferrailles souvent posées à la droite des portes des maisons. De ces tâches ingrates, mes ancêtres se sont acquittés pendant de nombreuses années avant d’investir un filon en or : le stationnement. Les plus chanceux sont en surface, profite du temps qui passe. Les autres, comme moi, vivent sous la terre. C’est triste, vous savez Mr Mayeur, d’être sous la terre, d’être enfumé par les voitures qui passent dans un brouhaha insoutenable qui lorsqu’il s’apaise laisse place à une musique dont ne voudrait pas un ascenseur. Et ce qui est encore plus triste et difficile, c’est quand il n’y a pas de voiture… alors je me sens vide et je nourris le sentiment de ne pas assumer mes tâches, même ingrates, comme il se doit ! Voulez-vous donc ma mort en même temps que celle, lente et agonisante, de ce quartier et de son âme, Mr Mayeur ?

Je connais la concurrence et ses effets négatifs, on est nombreux dans la famille comme en atteste cette photo de nous tous.

On est tous là, enfin les souterrains sont là… parce qu’il y a les autres aussi et ceux d’autres familles ! S’il y des cousins éloignés, la plupart d’entre nous seront prêts à servir les intérêts de votre centre piétonnier. Tous ensembles, nous ne manquons sûrement pas d’arguments et de disponibilités ! Nous pourrons servir ces « gens las », ceux que les transports en commun ou qu’un peu de marche rebuteraient ! Je parlais de concurrence… elle est même rude au sein de la famille ! Depuis que mon neveu Poelaert est sous la place, je ne vois plus les robes amusantes et dansantes des avocats ! Ne laissez pas, Mr Mayeur, un arriviste aux dents longues me voler mes habitués ! J’ai travaillé dur pour les séduire tant ma signalisation laisse à désirer… peut-être pourriez-vous juste investir dans l’un ou l’autre panneau et « laisser venir à moi ces petites voitures »… comme dirait « 58 » notre père à tous !

Mr Mayeur, mon existence de parking souterrain m’a mis en contact avec d’autres édifices enfouis que parfois l’on oublie. Un Bunker… Mr Mayeur ! Ca c’est de l’édifice enfoui qui a de la classe ! Et vous voudriez le faire s’enfuir… à jamais ! Par les temps qui courent, socialement et idéologiquement, d’autres affectations jadis évoquées sembleraient plus judicieuses. Un musée pour la mémoire et un exemple de la Ville à l’état fédéral et certains de ses discours dégueulasses ! Un refuge pour sans-abris… moi, en tant que Parking, je pense que ça peut les aider… Vous pourrez convaincre certaines personnes, Mr Mayeur, en disant que ça les cachera ! Pensez au pire aussi, Monsieur Mayeur ! Avec tout ce qui se passe avec les réacteurs à Tihange, l’élite politique et idéologique de notre Ville aura plus besoin d’un bunker que d’un parking si elle entend survivre et reconstruire la ville qu’elle veut !

Vous portez un nom qui, dans un autre temps et dans certaines régions, siérait à votre fonction. En ce jour, vous pouvez poser le choix de vous comporter en « Maître du Bourg ». Celui qui décide en tenant compte des arguments qui nourrissent ses choix, ses projets et ses ambitions. Vouloir à tout prix laisser sa trace dans l’évolution de notre Cité ou avoir son nom gravé sur la plaque en marbre que l’on intégrera à côté de la barrière, dans le mur d’entrée du parking. Bien vite certains ne verront que le panneau indiquant le tarif, Mr Mayeur. Mais d’autre se souviendront que ce flot de voiture, ces bouchons sans noms, ce bruit, cette pollution, cette défiguration de notre village porteront ton nom ! Vous pouvez aussi, Mr Mayeur, posez le choix de vous comporter en M(è)aire de vos administrés et prendre le temps d’entendre et d’écouter ce qu’ils portent sur le cœur et dans la tête. Une première solution s’impose… reporter cette décision et élargir le débat tant les questions se multiplient (parkings, mini-ring, impact sur le trafic et la vie des habitants,…)

J’espère Mr Mayeur que vous aurez pris le temps de vous intéresser à ce que je vis dans mon quotidien de parking souterrain et au fil des idées qui se tisse en moi.

Signé : Le Parking de la Porte de Hal

Des petits trous…

Chronique d’Alain Berenboom dans Le Soir, 01/12/2014

Paraît qu’ils veulent faire un grand trou aux Marolles pour y mettre les bagnoles qui passent par là. Désolé, on vend de tout au Vieux Marché, de faux Magritte, des vrais trombones à coulisse, de fausses Licorne à moins qu’elles ne soient vraies. Mais, des bagnoles, non. Et on a besoin de paix pour boire sa pintje tranquillement sur la place du Jeu de Balle avant de repartir à la chasse aux trésors. Sans engins de destruction massive. Alors, smeirlap, pas touche au Vieux Marché, asteblieve ! Puute van de koech ! Et tes mains chez toi !

Non mais… Qu’est-ce qui leur prend aux édiles de ravager Bruxelles toutes les quelques années ? Et cela dure depuis cent ans. Cent ans de destructions, toujours pour un mieux, hein ? Sauf que, quand les travaux pharaoniques sont finis, ceux qui les ont subis ne sont plus là pour en profiter. Faillis, déplacés, morts. Et la génération suivante des habitants non plus. Parce que la génération suivante des politiques s’est mise à son tour en tête de nettoyer ce que ses prédécesseurs avaient bêtement laissé debout…

De la démolition du centre populaire entre l’actuelle gare Centrale et la gare du Midi par la construction de la Jonction à l’éradication du merveilleux Mont des Arts. Et à la re-destruction du centre populaire des environs de la gare du Nord pour le remplacer par un quartier qui sera comme New York, si, si, on vous le garantit, le Manhattantje. Ah ! Les beaux discours sur l’urbanisme de demain agitant l’image lyrico-pompeuse d’un Brussels on Hudson de ces politiciens faussement modernes, Vanden Boeynants, Cudell et de leurs amis entrepreneurs-spéculateurs ! Résultat, trente ans de friches entre le canal et la place Rogier (à nouveau en plein travaux), l’allure de Dresde après le bombardement et, finalement, une série de tours immondes, énergivores, inhumaines et déjà obsolètes.

Pendant ce temps, la construction d’un viaduc ravageait tout sur son passage entre Rogier et la Basilique, puis rebelote quelques années plus tard avec la destruction de cette passerelle rouillée et rebelote encore avec un nouveau trou pour y glisser ce qu’on appelait fièrement le plus long tunnel de ville. Avec toutes ces « installations », pas besoin de chercher un musée d’art contemporain à Bruxelles, il est dans la rue…

Passons sur la destruction de toutes ces vieilles choses, telle la Maison du Peuple de Horta, magnifique cathédrale laïque, que le Parti socialiste a fait raser pour laisser bâtir à la place une tour trapue qui abritait le ministre de la Culture ! C’était évidemment l’époque où la mode était à la culture Ceausescu…

Si vous percevez dans ce billet de la rage pour ne pas dire de la bave aux lèvres, vous ne vous trompez pas ! Le ketje de Bruxelles aime sa ville comme la frite aime la mayonnaise.

Lettre ouverte

Lettre ouverte de Michel Deschuytere au Collège des Bourgmestre et Echevins et au Conseil Communal de la Ville de Bruxelles, 30/11/2014

Monsieur le bourgmestre, Mesdames et Messieurs les échevins, Mesdames et Messieurs les conseillers communaux,

Vous voterez ce lundi 1er décembre la première phase de la procédure concernant la construction d’un parking place du Jeu de Balle.

En préambule, il est important de comprendre que je suis, à la fois, président de l’Association des Commerçants du Quartier Bruegel et des Marolles et de l’Association des Amis du Vieux Marché, ces deux associations n’ont pas une position identique par rapport au projet de parking place du Jeu de Balle: le débat est animé chez les commerçants et l’unanimité se fait contre au Vieux Marché, mon regard est, donc, affuté dans des directions différentes…

En tant que commerçant, je suis convaincu que la gestion du parking d’une manière globale est aussi, si pas plus, importante que le nombre de places enterrées.
Il est évident qu’il y a un manque chronique de places dans le quartier.
Les parkings Poelaert et Porte de Hal sont très loin d’être saturés.
Nos clients n’y vont pas, ou pas assez, pourquoi ?
Les commerçants et leur employés non plus, pas plus que les autres navetteurs (mis à part ceux dont l’employeur loue les emplacements à leur usage), pourquoi?
Mauvaise signalisation, absence de campagne médiatique pour mette en valeur 10 minutes de marche, loyers mensuels trop élevés, manque de liaison et d’attractivité relative entre les prix en surface et en souterrain, peur d’agression, insécurité…

Des zones rouges (payantes pour tout le monde) rue Haute et rue Blaes permettraient une rotation permanente des places « commerciales » (toutes, ou presque, squattées en permanence par les détenteurs de carte riverain –qui peuvent, également, être achetée par les non-résidents-), ces zones devraient être combinée à une tarification réfléchie qui encourage la durée courte en surface et la durée plus longue en souterrain (surface : 1er ¼ heure = gratuit, 1ére ½ heure= 1€, 1 heure= 2€, 2 heures = 6€, les suivantes 5€/heure. Souterrain : 1 heure= 3€, 2 heures = 5€, 3 heures = 8€, par exemple…)

Une zone de parking camionnettes, boulevard du Midi, réservées aux échoppiers et commerçants du quartier (avec badge ou macaron) jouant un rôle de barrière entre les commerces existants de ce boulevard et l’autoroute urbaine de la petite ceinture dégagerait le quartier pour un coût dérisoire.

Un parking Place du Jeu de Balle, sans tenir compte des nuisances inévitables liées à sa construction, s’il n’est pas accompagné d’une gestion globale et rigoureuse de la problématique du stationnement et des livraisons, ne créera qu’un nombre supplémentaire de places inoccupées en sous-sol.

Nous avons rendez-vous avec Yvan Mayeur, Bourgmestre, en charge de la Police, de la Prévention, du Budget et des Grands projets, le 8 décembre.

Nous avons rencontré Els Ampe, Echevine de la Mobilité, des Travaux publics et du Parc automobile et Marion Lemesre, Echevine de l’Emploi, de l’Economie, de la Formation, du Commerce et du Plan de stationnement ce 25 novembre.

Le parking évoqué par Madame Ampe dépasse mes rêves les plus fous de président d’association de commerçants :

  • Un niveau réservé uniquement aux camionnettes des échoppiers et des commerçants quartier (nous n’avons pas eu le temps d’évoquer à quel tarif préférentiel).
  • Un niveau réservé, uniquement aux habitants du quartier, avec box individuels et des loyers de 50€/mois.
  • Quelques niveaux permettant au promoteur (essentiellement privé) de valoriser son investissement.
  • Un cahier de charges gérant les travaux pour éviter la majorité des nuisances et interdire tout retard.

Ma casquette de président des Amis du Vieux Marché me siffle à l’oreille les retards colossaux des chantiers « Chez Marcel » et « Cour de la Caserne » et celui, effroyable « rue des Tanneurs » où il faut tout recommencer suite à la qualité infâme des matériaux utilisés, et me montre aussi les engins de chantier, le charroi de déblaiement, la poussière, le bruit…

Une main innocente a, cependant, laissé choir entre mes doigts le dossier complet (comprenant les cahiers de charges) :

Quelques remarques :

Il n’y est aucunement précisé que les pavés de la place y seront replacés,

Au point 2.2
− La construction et le financement pour son propre compte d’un parking souterrain pour automobile (véhicule 4 roues), pour véhicules électriques, pour camionnettes, pour deux roues (motos et vélos), des emplacements privatifs ainsi que tous les équipements nécessaires à leur fonctionnement, y compris les voies et dispositifs d’accès pour voitures et piétons.

Le nombre d’emplacements de parking doit être déterminé en tenant compte du besoin tant des riverains que des fonctions existantes ou projetées à proximité suite notamment au nombre de places en surface qui vont être supprimées dans le quartier, à la configuration des lieux, aux objectifs de mobilité et aux contraintes du sous-sol.

Les prestations comprendront également à titre complémentaire : Le Concessionnaire a comme charge de réaménager la surface au dessus du parking réalisé ainsi que les abords. Le périmètre de réaménagement, soit le périmètre au sens large, s’étend donc à la place du Jeu de Balle et ses alentours.

Si on y parle de camionnettes et d’emplacement le volume de ces véhicules et le nombre de places reste d’un flou total et est extrêmement peu rassurant…
2.5. DESTINATION DU PARKING
Les emplacements de parking seront destinés à leur exploitation par le concessionnaire à un tarif horaire compétitif par rapport à ce qui se pratique sur le marché pour toute la durée de la concession.

Le concessionnaire mentionnera dans son offre le tarif horaire d’un emplacement de parking (heure/jour/nuit/week-end/mois/année), dans les formes prévues au Livre 4 du présent cahier spécial des charges.

  • Au point 1.2.4 II A on y parle bien de tarif pour les habitants mais pas pour les échoppiers ou autres commerçants locataires de la Ville
    Il y aura un taux maximum de :
  •  5 € / nuit (19h-7h) tous les jours
  • 10 € / jour (7h-19h) les weekends, les jours fériés et durant les vacances scolaires
  •  5 € / demi-journée (7h-12h ou 12h-19h) durant les weekends, les jours fériés et durant les vacances scolaires
  • La même tarification tous les jours de la semaine (en dessous des prix en surface)
  • Maximum 50 euros/mois pour les habitants de la Ville de Bruxelles

Dans l’annexe 4, les camionnettes disparaissent et la protection de l’activité n’est guère dynamique !
Le parking n’est plus local mais doit capter l’offre de véhicules de l’ensemble de la Ville…

ANNEXE 4 : CLAUSES TECHNIQUES
ART. 1 CT – OBJET ET LIMITES DE L’OBJET DU MARCHÉ
Le présent marché de travaux a pour objet la réalisation et l’exploitation d’un parking enterré sous la place du Jeu de Balle à Bruxelles.
Par parking enterré, il faut entendre l’ouvrage enterré ainsi que tous les dispositifs liés en surface (les rampes d’accès, les ascenseurs, les panneaux d’information dynamique…)
Les objectifs génériques du parking enterré sont :
– de proposer un nombre de places pour véhicules 4 roues attractif ;
– d’offrir toutes les conditions de confort et de sécurité contemporaines (hauteur, lumière, clarté, propreté, jalonnement, conditions d’ouverture, accueil des 2 roues, de véhicules électriques, des riverains, des participants aux manifestations culturelles…) et proposer un traitement architectural de qualité ;
– de « capter » les automobilistes qui souhaitent stationner au centre ville en proposant un équipement facile d’accès et très visible afin de contribuer à l’attractivité du centre et de limiter le trafic dans les quartiers proches ;
– d’assurer des conditions d’accessibilité optimales. Le parking doit aussi bien recevoir les visiteurs venant de l’amont que de l’aval de Bruxelles. Il ne doit pas générer de remontée de file sur la voirie publique et doit rester accessible tout le temps ;
– de soutenir les activités proches en leur offrant un service approprié ;
– de permettre de reconquérir les espaces publics en surface, au profit des modes doux et des circulations locales ;
– de respecter les options de mobilité définies au présent cahier spécial des charges ;
– d’organiser un réaménagement des espaces publics et le développement d’une nouvelle mobilité du site de manière globale, concertée et visant la qualité et la convivialité ;
– de ne pas entraver l’accessibilité aux fonctions locales lors de sa réalisation;

Un étage pour les camionnettes, un étage pour les riverains nous a dit Madame Ampe ce mercredi, au vu du & ci-dessous cela correspond à une profondeur de 20 niveaux (10% soit +-70m) ou 5 niveaux (40% soit +- 25m) suivant le texte ci-dessous, sur une surface de plus de 5.000 m2, un beau volume de terre à évacuer…70×5.000= 350.000 m3, 25×5.000= 125.000 m3
Pour soutenir les fonctions et l’habitat riverains, le concessionnaire devra prévoir des formules d’abonnement pour les riverains de minimum 10% à maximum 40% des emplacements de parking prévus.
Le Concessionnaire a comme charge de réaménager la surface au dessus du parking réalisé ainsi que les abords. Le périmètre de réaménagement, soit le périmètre au sens large, s’étend donc à la place du Jeu de Balle et ses alentours.

Nous n’avons pas eu le temps de faire une lecture en profondeur de ce cahier des charges, ces premières remarques montrent, quand même, qu’un remaniement d’une partie de ce texte est nécessaire et nécessite, absolument, un report du vote de ce lundi afin de partir d’une base acceptable, sinon par tous, au moins par certains…

Ci-dessous, les remarques de Monsieur Anton Van Assche, Adviseur Brusselse Aangelegenheden & Arbeidsmigratie UNIZO-Studiedienst , peu susceptible d’être confondu avec un bobo gauchiste et dont l’expérience de lecture de projet urbanistique est nettement supérieure à la mienne…

NB: Il est bien entendu que ce texte est publié sous ma seule responsabilité.

Veuillez agréer, Monsieur le bourgmestre, Mesdames et Messieurs les échevins, Mesdames et Messieurs les conseillers communaux, l’expression sincère de mes sentiments les plus respectueux.

Deschuytere Michel
Président
Associations des Amis du Vieux Marché
Association des Commerçants du Quartier Bruegel et des Marolles


ANNEXE

Monsieur Deschuytere,

Voici quelques éléments qui méritent notre attention :

1. Combien de places et lesquelles ?
Dans la description, on mentionne : “La construction et le financement pour son propre compte d’un parking souterrain pour automobile (véhicule 4 roues), pour véhicules électriques, pour camionnettes, pour deux roues (motos et vélos), des emplacements privatifs ainsi que …”. Egalement dans la fiche technique on mentionne ‘des camionnettes’. On indique également : Les espaces de circulation automobile et piétonne doivent avoir une hauteur libre minimale de 2 m. Mais combien de place pour camionnettes ? Quelle type de camionnette ?

Le nombre d’emplacements de parking doit être déterminé en tenant compte du besoin tant des riverains que des fonctions existantes ou projetées à proximité suite notamment au nombre de places en surface qui vont être supprimées dans le quartier, à la configuration des lieux, aux objectifs de mobilité et aux contraintes du sous-sol. Aucun mention sur le méthode de calcul de ces besoins (l’annexe 4 mentionne une méthode d’analyes des effets sur la mobilité) ?

Pour soutenir les fonctions et l’habitat riverains, le concessionnaire devra prévoir des formules d’abonnement pour les riverains de minimum 10% à maximum 40% des emplacements de parking prévus. Ce n’est pas une garantie – on ne sait pas de combiein de place on parle.

2. Réaménagement de la place

Les prestations comprendront également à titre complémentaire (c’est quand même 30 points dans les critères d’attribution) : Le Concessionnaire a comme charge de réaménager la surface au dessus du parking réalisé ainsi que les abords. Le périmètre de réaménagement, soit le périmètre au sens large, s’étend donc à la place du Jeu de Balle et ses alentours.
Mais à l’ ART.4 CT – DESCRIPTION DES OBJECTIFS DE REAMENAGEMENT DE L’ESPACE PUBLIC
rien sur une concertation avec les riverains, uniquement des ‘réunions d’information des riverains sur l’état d’avancement du dossier seront organisées par les autorités communales’.

3. Travaux
Le concessionnaire s’engage à construire, équiper, mettre en exploitation le parking souterrain et à aménager le périmètre de la concession au sens large dans un délai maximal de 30 mois à compter de la date de conclusion du marché. Ce délai maximal comprend également l’obtention des permis nécessaires afin de construire, équiper et exploiter le parking, ainsi que l’aménagement du périmètre. Le non-respect du planning de réalisation figurant dans la convention rend le concessionnaire redevable de plein droit sans mise en demeure préalable d’une pénalité journalière fixée forfaitairement à 2.000 euros par jour, l’ensemble des pénalités ne pouvant excéder 500.000 euros.
Mais : la gestion du chantier en fonction de la pertinence du phasage, ainsi que de la limitation des nuisances et incidences (emprise de la zone de chantier, sécurité, modification des circulations, etc.) – càd limiter les nuisances pendant les travaux n’est qu’un élément dans le critère Méthodologie (qui ne vaut que 10 points)
On indique dans l’annexe : Il y a lieu de maintenir au maximum le marché durant les travaux. Mais on ne demande pas une méthode comment le concessionnaire va réaliser cela.

4. La tarification

La même tarification tous les jours de la semaine (en dessous des prix en surface)
Les tarifs en semaine et en journée sont libres et risquent d’être élevés. En plus, ils seront, à terme, moins cher que les tarifs en surface (si ce n’est pas le cas, les gens vont toujours encore circuler pour essayer de trouver une place en surface !): donc augmentation des tarifs

Cout horaire : pourquoi pas un tarif par minute ! (à Barcelone, on fait ça)

5. Comité d’accompagnement . Il regroupera plusieurs services technico-administratifs de la Ville de Bruxelles.
Ce Comité, ainsi que le Collège de la Ville, doit approuver tous les plans. Aucune présence, ni des riverains, ni des commerçants ?

Cela vous aide peut être déjà un peu.

Si jamais je peux encore vous aider à renforcer vos messages, ou pour d’autres éléments, n’hésitez pas de me contacter.

Met vriendelijke groeten,

Anton Van Assche

Adviseur Brusselse Aangelegenheden & Arbeidsmigratie
UNIZO-Studiedienst